TACITE  ; Vie d’Agricola  ; édition bilingue  ; appareil critique  ; une illustration  ; 230 pages  ; format 12 x 18

TACITE

Vie d’Agricola

APPAREIL CRITIQUE ACCOMPAGNANT L’OUVRAGE :

Ernest Hello – Lamartine – Sainte-Beuve
Maurras - Edmond Lareau - Louis-Gabriel Marchand - Marcel Durry

«Tacite n’est pas l’historien, mais le résumé du genre humain. Son récit est le contre-coup du fait dans un cœur d’homme libre, vertueux et sensible. Le frisson qu’il imprime au front, quand on le lit, n’est pas seulement l’horripilation de la peau, c’est le frisson de l’âme. Sa sensibilité est plus que de l’émotion, c’est de la pitié; ses jugements sont plus que de la vengeance, c’est de la justice; son indignation, c’est plus que de la colère, c’est de la vertu. On confond son âme avec celle de Tacite et on se sent fier de la parenté avec lui. Voulez-vous rendre le crime impossible à vos fils? Voulez-vous passionner la vertu dans leur imagination? Nourrissez-les de Tacite. S’ils ne deviennent pas des héros à cette école, c’est que la nature en a fait des lâches et des scélérats. Un peuple qui aurait Tacite pour évangile politique grandirait au-dessus de la stature commune des peuples. Ce peuple jouerait enfin devant Dieu le drame politique du genre humain dans toute sa grandeur et toute sa majesté.»"

Tacite fait l’unanimité tant chez les Grands qui l’acclament et le respectent, que chez les Médiocres qui le conspuent et l’envient sans le comprendre, comme le montre très bien Charles Maurras dans sa Dissertation sur Tacite, que nous reprenons dans notre appareil critique.

Reconquérir le terrain culturel est une tâche ardue, en expurger les raisonnements matérialistes et athées qui émasculent les esprits pour les remplacer par des modes de penser basés sur la Foi et le surnaturel est une nécessité impérieuse.

Les raisonnements matérialistes et athées, simplistes et pervers par essence, sont le fruit et la nécessité de la démocratie ; ils permettent de faire accroire au plus grand nombre qu’il peut raisonner sur tout et juger de tout ; cependant dans l’ordre hiérarchique naturel de Notre Seigneur, raisonner est un don qui est donné à bien peu (un don n’est pas forcément un cadeau), un don qu’il faut certes enrichir par l’étude, une étude qui n’a rien à voir avec l’éducation telle que nous pouvons la contempler de nos jours.

Nous présentons en appareil critique une série de textes très divers qui permettront de mieux cerner l’œuvre et l’auteur que nous présentons dans ce volume.

Le long article de Louis-Gabriel Marchand, rédigé certes dans un style quelque peu archaïque, nous aide à voir ce que peut être l’érudition qui propose des références fiables.

Lamartine, lui, dans une courte harangue nous enflamme. Hello, tout comme son compère Léon Bloy dans ses « œuvres », se montre d’une précision incisive ; ce sont avant tout des poètes.

Sainte-Beuve est critique littéraire, son étude porte sur la mécanique de l’écriture et de la langue.

Edmond Lareau et Marcel Durry, tels d’aimables picadors, plantent dans le dos de la bête qu’est le texte quelques banderilles pour en faire jaillir un sang nourricier.

Quant à Maurras, déjà cité, nous retrouvons dans sa Dissertation son habituelle originalité de pensée et ses admirables échafaudages intellectuels.

Pour conclure, beaucoup de choses ont été dites sur le style et l’art de Tacite ; qu’il nous soit permis d’ajouter sa dimension poétique, avec pour preuve ce court passage :
je ne voudrais ajouter qu'une remarque : nulle part la mer n'étend plus loin son empire ; elle porte ici et là des bras nombreux, et ne s'arrête pas à la côte en montant ou baissant, mais elle s'enfonce à l'intérieur, y circule, pénètre jusqu'au milieu des hauteurs et des montagnes comme chez elle. Quelle description audacieuse et juste, mêlant les forces supérieures, pour qui connaît la Grande Bretagne.

 

27 euros + 5 euros de port